Les comics

Chilling Adventures of Sabrina—Roberto Aguirre-Sacasa & Robert Hack

Présentation

Chilling Adventures of Sabrina est un reboot du comics éponyme de 1972. Il est écrit par Roberto Aguirre-Sacasa (l’auteur ayant signé l’adaptation du Fléau de Stephen King en comics) et dessiné par Robert Hack. Il est publié par Archie Horror à partir d’octobre 2014 et contient à ce jour huit numéros. Il raconte les aventures de Sabrina dans la ville de Greendale et de son quotidien en tant qu’adolescente mi-humaine, mi-sorcière. Le comics a été adapté en 2017 par Netflix (2 saisons disponibles). Contrairement à la série moderne, l’histoire du comics se déroule dans les années 60.

Mon histoire avec le comics

Je n’ai jamais vraiment regardé la série télévisée des années 2000 « Sabrina l’apprentie sorcière » ni la série animée. Je ne connaissais pas non plus l’existence des comics avant quelques mois. J’ai démarré ma lecture de ces derniers à la suite du visionnage de l’adaptation de Netflix, afin d’en savoir plus sur l’univers et de découvrir l’œuvre dont la série s’était inspirée. Les comics peuvent être empruntés en anglais sur la plate-forme Amazon Reading pour les utilisateurs ayant l’abonnement Prime, ce qui est très pratique. L’anglais employé nécessite tout de même une maîtrise correcte de la langue.

Résumé

Sabrina Spellman, orpheline, est élevée par ses tantes Hilda et Zelda, des sorcières talentueuses gérant une entreprise de pompes funèbres tout en étant à la tête d’un puissant coven*. Sabrina cherche sa place dans ce monde, partagée entre son désir de vivre de manière ordinaire et ses responsabilités en tant que sorcière. Dans sa quête elle est aidée par Salem, son chat dans lequel habite l’âme d’un sorcier, ainsi que par son cousin Ambrose. À l’âge de 16 ans, elle doit prendre une décision et choisir le destin qui sera le sien. Dans l’équation il y a bien sûr son petit ami Harvey qui ignore tout de son univers. Elle sera mise à mal par Madame Satan qui, dans l’ombre, prépare sa vengeance contre les Spellman.

* cercle de sorcières

Mon ressenti

J’ai lu les huit numéros des aventures de Sabrina assez rapidement. Les dessins de Robert Hack sont plutôt originaux et leur colorisation donne une impression d’aquarelle  agréable à l’œil. L’ambiance du comics m’a directement plongé dans les sixties avec ses nombreuses références. Cette version de Sabrina est assez glauque et s’éloigne totalement des premiers comics ou même des séries qui ont suivi. Au programme : incantations funestes, meurtres en cascade, rituel sacrificiel, châtiments corporels et possession diabolique.

Chaque numéro explore l’histoire d’un personnage en particulier, accompagné de flashbacks pertinents. Mis bout à bout, ces morceaux d’histoire permettent au lecteur d’avoir le point de vue de chacun des personnages principaux et même des antagonistes (ce qui est un plus par rapport à la série).

Le comics parcourt également le passé des parents de Sabrina, notamment à travers un numéro centré sur la genèse d’Edward Spellman, le père de la sorcière, et de sa montée en puissance au sein du coven. Le numéro que j’ai préféré reste cependant celui consacré aux familiers* de Sabrina (Salem le chat noir doué de parole) et d’Ambrose (Nag et Nagaina les cobras au passé douteux). Il s’en dégage un aspect mythologique qui m’a beaucoup plu, voire qui m’a donné envie d’en savoir plus sur eux.

* esprits surnaturels protecteurs source de conseils

L’histoire va très vite et ne s’embarrasse pas de détails inutiles. À savoir : le numéro #8 s’achève sur un cliffhanger et laisse le lecteur sur sa faim, la suite n’a pas été publiée pour le moment. J’espère que la production du comics reprendra à nouveau et donnera à Sabrina une conclusion satisfaisante.

Lien avec d’autres œuvres

On note quelques apparitions de certains protagonistes de l’univers d’Archie (dont la série Riverdale est l’adaptation) avec une refonte totale des personnages. Dans cet univers, Betty et Veronica endossent le rôle de sorcières et seront amenés à frayer avec Madame Satan, tandis que Jughead est… un zombie ! Une façon habile de faire un lien avec le comics « Afterlife with Archie » de 2013, signé également par Roberto Aguirre-Sacasa. Ces quelques apparitions ne brisent pas le rythme de la lecture et ne nécessitent pas d’avoir lu auparavant les comics dont ils sont issus.

Adaptation

Je n’ai pas envie de m’attarder sur la série de Netflix (SaveurLittéraire a rédigé un superbe avis sur son blog à ce sujet). Les deux saisons sont inégales en termes de qualité et parfois teintées d’incohérences, surtout dans la dernière partie. Certains épisodes m’ont vraiment plu cependant ! La série se centre autour du groupe d’amis de Sabrina et explore leur storyline tout en mettant en avant le monde des sorciers sous toutes ses facettes : apprentissage de la magie, satanisme, voyage dans les cercles de l’enfer. L’humour est présent, à travers les tantes de Sabrina. J’ai trouvé les acteurs bons, notamment Miranda Otto dans le rôle de Zelda, une pépite ! Une série parfaite pour Chiller, si l’on reprend le titre du comics… *rires enregistrés*

Conclusion

OUI pour les comics ! Why not pour la série. Et surtout : donnez-nous une suite !